J'ai 22 ans et je suis photographe, l'excentrique de la famille, amatrice d'art depuis petite fille et en âge de pleurer.
J'ai découvert la photographie à l'âge de 13 ans, en faisant mes devoirs de maths et de chimie.
À l'époque, je ne savais pas ce que signifiait grandir - Je pensais que cela impliquait une plus grande liberté, comme la liberté de préparer son petit déjeuner, de  porter du rouge à lèvres, ou de marcher avec des talons hauts.
À l'âge de 5 ou 6 ans, mes parents me demandaient de prendre leurs photos lors de nos voyages. Je me souviens avoir été fascinée par cette appareil photo à pellicule en plastique bon marché, avec toutes les aberrations chromatiques et les surfaces granuleuses. À l'image de Neil Armstrong qui a laissé son empreinte de pied sur la lune, je laisserais mes empreintes sur le coin de l'image.
Un peu plus tard, je découvris que l'immortalité pouvait  arriver également aux êtres humains.  À ce moment là, j'avais lu des livres sur les méduses qui ne mourraient jamais. Mais comment peut-on expliquer que les méduses vivent éternellement et pas les humains ?
Je n'ai jamais été capable de me cantonner à un genre de photographie. Le monde est trop vaste pour le faire entrer dans un paysage ou un portrait. Il doit être peint avec tant de lumière que cela conduirait le soleil vers la cécité éternelle.

Sites web : http://www.feliciasimionphotography.com

Prix de Felicia Simion